Rencontre : Brigitte et ses terrasses à l’or rouge


Au milieu des terres viticoles du Vallon de Marcillac, nous avons fait la connaissance de Brigitte, viticultrice passionnée. C’est sur ses terrasses rouges que nous avons échangé quelques mots avec elle.

 

 

« Mon métier est devenu une passion. » Voilà comment Brigitte, 53 ans, décrit son métier de viticultrice. C’est dans un petit hameau au-dessus de Saint Cyprien-sur-Dourdou qu’elle nous a accueillie chez elle, dans une belle bâtisse de pierres rouges. Tout en dégustant une part de Soleil, la célèbre galette du Vallon, elle nous raconte son parcours. Brigitte ne pensait pas devenir viticultrice. Issue d’une famille d’éleveurs de vaches laitières, elle avait tout de même déjà un pied dans ce milieu. C’est alors qu’elle rencontre son mari, dont les parents possèdent une petite parcelle de vigne d’à peine 1 hectare. Au gré des héritages, Brigitte et son mari acquièrent les vignes et les bâtisses familiales. Commence alors une nouvelle aventure pour Brigitte.

Cherchant à concilier sa vie de maman et un emploi, reprendre l’exploitation familiale était une évidence. Brigitte doit alors rapidement apprendre le travail de vigneron. Au fil des ans, ce métier méconnu devient une passion. En 1996, elle s’installe officiellement comme viticultrice. Elle décide alors d’agrandir sa culture, passant d’1 hectare à 10 hectares de vigne, en terrasse et en plein. Durant cette période, elle travaille aussi dans la boutique des Caves de Valady à Saint Cyprien-sur-Dourdou à mi-temps. Cependant, elle doit arrêter ce petit travail pour se consacrer pleinement à ses vignes. Brigitte vient tout de même avec plaisir tenir la boutique de vins de Marcillac quelques dimanches par an, accompagnée par d’autres viticulteurs de la région. « J’aime le contact avec les clients, les dégustations, les rencontres, et le partage. » 

Avant de terminer cette discussion passionnante, Brigitte nous raconte un peu les temps forts dans les vignes, notamment les vendanges. Travaillant seule tout au long de l’année, elle apprécie ce moment où famille, voisins et amis viennent l’aider. « Même les tantes de 80 ans s’y mettent » dit-elle dans un sourire. Le secret de la longévité ? Car même si ce métier reste difficile, c’est aussi une histoire de passion : celle de ces vignobles en terrasses qui s’élèvent sur « l’or rouge ». « La vigne c’est vivant, ça vie tout le temps, et c’est ça qui fait d’elle une passion. », confie Brigitte.

 

L’essentiel de la récolte de Brigitte servira à produire du vin rouge et rosé AOP (Appellation d’Origine Protégée) de Marcillac. C’est à la Cave coopérative de Valady qu’elle vend ses récoltes pour la vinifier. Son vin permet notamment la production de « la Cuvée réservée ». La seconde partie de sa culture servira à la production du vin blanc IGP (Indication Géographique Protégée) de Marcillac, encore très peu répandu. Brigitte et son mari sont parmi les précurseurs de ce vin fruité et tonique. Aujourd’hui, ils sont seulement trois viticulteurs sur le Vallon à cultiver pour le vin blanc de Marcillac. 

 


A savoir :

La commune de Saint-Amans-des-Côts, située sur le plateau de la Viadène, est un petit village typiquement aveyronnais, avec ses maisons en pierres et ses toits en lauze.  Entourée de bois, de ruisseaux et d’un lac, ce beau village regorge d’histoire avec ses églises et son vieux four, le four de Cassou. Il servait autrefois à faire cuire pains, fouaces, tartes,… et était à la disposition des villageois de la petite commune.