A la ferme du Bouscaillou, agneaux et brebis sont élevés comme des coqs en pâte.


rencontreok

Sur le Ségala, au lieu-dit le Bouscaillou sur la commune de Pruns, Lionel Bonneviale et Isabelle Larroque, couple de jeunes quadras, élèvent deux troupeaux ovins. 260 brebis Lacaune, la race locale, produisent du lait collecté par la Société des Caves pour en faire du Roquefort. 350 brebis Lacaune croisées avec une race bouchère rustique, la Suffolk, produisent des agneaux dont 90% sont labellisés en Agneau de l’Aveyron IGP.

 

« Travailler en démarche qualité, permet de proposer une viande fermière pour des consommateurs qui recherchent une viande saine et savoureuse. Pour nous éleveurs, cela permet d’avoir de meilleurs revenus. La qualité est un pari gagnant-gagnant. » confie Lionel.

 

A la ferme, l’activité ne manque pas. S’ils travaillent en équipe, Isabelle s’occupe davantage de la traite tandis que Lionel nourrit et surveille les animaux.

 

« Les brebis, il faut y être tout le temps. Celles du troupeau laitiers mettent bas en octobre, et nous les trayons jusqu’à la fin du mois de juin. Pour le cheptel viande, nous avons des agneaux à trois moments dans l’année : en février, en juin et juillet ».

 

Par ailleurs, le couple cultive ses propres céréales et fourragères pour nourrir les brebis en parfaite autonomie. Malgré toute cette activité, Lionel et Isabelle arrivent tout de même à se dégager du temps pour eux. Comme le précise Lionel, c’est un des intérêts du métier.

 

« On est chez soi, notre propre patron. C’est un métier dur mais la liberté n’a pas de prix. ».

 

Lui qui est passionné de chasse est très impliqué dans la société de chasse locale. D’ailleurs, Bouscaillou signifie « petit bois » en Occitan. Et sur les hauteurs de Pruns, des petits bois regorgeant de sangliers et chevreuils, il n’en manque pas ! Et chaque année, le couple s’octroie une semaine de vacances pour partir en famille avec leurs deux enfants, Lucas et Manon.