Rencontre : Stéphane, le berger des forêts


Au pied de l’Aubrac dans la vallée du Lot, se trouve une bergerie pleine de vie. C’est ici que Stéphane élève ses brebis et agneaux Lacaune dans le petit village de Coubisou, niché au cœur de la forêt. Rencontre avec un berger passionné.

L’été est là, installé dans la forêt au pied du plateau emblématique de l’Aveyron, l’Aubrac. La journée commence, et Stéphane se rend à la bergerie. Les agneaux ont tété leurs mères, il est temps maintenant que les brebis aillent pâturer. « J’apprécie d’emmener les brebis au pré et leur faire pâturer cette belle herbe verte du printemps. Elles y trouvent la belle herbe grasse du printemps qui leur apporte tout ce qu’il faut pour produire un lait riche et nourrir leurs petits. » C’est ici depuis 2011 que Stéphane élève des agneaux Label Rouge. Après avoir repris la ferme de son oncle, il s’est associé avec son frère Julien pour former un GAEC.

Passionné et investi depuis la reprise de la ferme, Stéphane a toujours eu la vocation de devenir éleveur. « Ce que je préfère avant tout dans mon métier, c’est ce cercle vertueux : on part de la base en plantant une graine qui devient ensuite une plante, qui nourrit nos animaux, qui ensuite nous nourrissent. Puis ce cycle reprend, comme un renouveau vertueux. De plus, chaque décision que nous prenons se répercute dans le long terme. Nous pouvons voir notre métier évoluer constamment.» Sur ses terres agricoles, Stéphane cultive le foin et la paille pour son troupeau. L’importance de l’alimentation de ses brebis lui tient à cœur, pour le bien-être de ses agneaux et le respect du Label Rouge, gage de qualité de sa production. Entouré de sa famille au cœur des bois, il communique sa passion à ses enfants, le goût de la nature et de la transmission. Peut-être un jour deviendront-ils à leur tour agriculteurs ?

A savoir :

Autrefois, la famille de Stéphane élevait vaches allaitantes et chèvres. A son installation, Stéphane a décidé d’élever des brebis à la place des vaches. Les terres agricoles de la ferme étant en pente, il peut ainsi faire profiter pleinement à ses brebis des prés abrupts. Quant à son frère Julien, il a repris l’élevage des chèvres pour leur lait.