Sortie Nature : Sur les hauts plateaux de l’Aubrac.


Sortie Nature -

Le nom Aubrac trouve ses origines aux confins de notre histoire ;
le terme gaulois « braca » signifiant «haut pays ». 

A la jonction de l’Aveyron, de la Lozère et du Cantal, l’Aubrac se révèle lunaire, poétique, quasi mystique.

Vastes étendues de prairies couvertes de jonquilles quand vient le printemps ; vallées creusées par les Boraldes, ces petites rivières courtes et rapides qui dévalent depuis les sommets pour se jeter dans le Lot ; blocs de granit colossaux comme tombés du ciel ; tourbières cachées sous des tapis de mousse émeraude ; plateaux lunaires au charme mélancolique… l’Aubrac offre une multitude de paysages contrastés. Au détour des chemins, murets et burons rappellent que l’homme y vit depuis la nuit des temps.

 

 

Sur l’Aubrac, la nature est reine. Tôt dans la saison, les grands pâturages se parent du blanc immaculé des narcisses avant de virer à l’or des jonquilles. Quand vient le printemps, c’est une explosion de couleurs et de parfums : tulipe sauvage, pavot orange, gentiane jaune, dont les racines servent à élaborer l’apéritif local, digitale pourpre et bien sûr thé de l’Aubrac aux élégantes fleurs violines qui produit la tisane mentholée aux mille vertus.

 

Côté faune, les plateaux de l’Aubrac et sa forêt domaniale sont la terre des renards, hermines, lièvres et autres sangliers et grands cerfs. Hiboux, milans, faucons, martins-pêcheurs, pics-épeiches et piverts dominent le ciel. Paradis des pécheurs de truites, ce pays de rivières abrite encore des loutres. Plus discrets la grenouille rousse, la vipère péliade ou le lézard vivipare sont tout autant essentiels à l’écosystème local. Aux côtés de cette faune sauvage, la vache de race Aubrac a pris possession des vastes étendues herbagées de la région. Avec sa robe froment, ses yeux comme maquillés de khôl et ses élégantes cornes en forme de lyre, elle est devenue l’emblème de tout un terroir. A ses cotés, massif et puissant, le taureau Aubrac est le souverain des hauts plateaux.

 

La transhumance reste un des temps forts de l’Aubrac. Chaque année, en mai, les animaux parés de fleurs empruntent les drailles, ces chemins millénaires, pour monter aux estives. Dans un joyeux chaos de sonnailles, de mugissements et de martellements des lourds sabots, vaches et taureaux partent dans les hauteurs pour cinq mois de liberté avant de retourner dans les étables pour passer l’hiver. 

Nul doute que cette terre unique par ses paysages et ses traditions vous marquera. Une multitude de randonnées et de promenades, adaptées aux familles comme aux plus sportifs, vous permettront de la découvrir.